samedi 15 juillet 2017

D'hier à demain

Une certaine effervescence s'est emparée de la maison d'Etchecoparia en ce 8 mars 1889. Les femmes règnent sur la cuisine et ne laissent personne entrer tandis qu'une bonne odeur de garbure titille les narines. Des enfants courent partout et se font rabrouer par les hommes en plein conciliabule près de l'âtre. Parmi eux, je reconnais à sa soutane le Père Emmanuel Inchauspé, venu exprès de Bayonne célébrer la messe. 

Assise dans un fauteuil antédiluvien, une frêle silhouette a du mal à rester imperméable à tout ce remue-ménage autour d'elle. Elle en est pourtant la raison. Je m'approche. Ne voulant pas renouveler la bévue de mon dernier rendez-vous ancestral, j'ai choisi une tenue discrète : jupe et corsage noir, mouchoir de tête noué sur mes cheveux. De toute façon, je gage qu'elle ne connaît pas tous ses arrière-petits-enfants...

"Urte Buru on Amama !" Ce n'est pas tous les jours qu'on a cent ans !
- Eh oui, je suis née en 1789, sous l'Ancien Régime, l'année de la Révolution française !
- Vous êtes venue au monde dans cette maison ?
- Non, à Tardets, dans la Maison Duthurburu. Ma petite sœur Marianne y vit toujours, elle a 95 ans mais on m'a dit qu'elle avait été fatiguée cet hiver, elle n'a pas pu venir aujourd'hui. Avant nous, nos parents avaient eu trois enfants, mon frère aîné Jean-Germain et mes sœurs Engrâce et Anne. Ils sont morts aujourd'hui. Gaichoua, à mon âge on est entouré de plus de morts que de vivants !
- Vous vous êtes mariée dans ce village, à Abense de Haut ?
- Oui, mon promis était d'ici, Jean-Baptiste Inchauspé, Battitta on l'appelait. Quand je suis arrivée, il fallait partager la maison avec mes beaux-parents. Nous étions les "maîtres jeunes" de l'etche Harismendy, j'avais 22 ans. Mon père était praticien à la ville, alors forcément, ça m'a fait drôle d'épouser un cultivateur mais bah, c'était comme ça...
- Vous avez eu beaucoup d'enfants ?
- Ah ça oui, dix en tout mais tous n'ont pas vécu. De sa canne, elle désigne l’ecclésiastique : "Celui-là c'est un savant, il est de l'Académie basque et c'est aussi le vicaire général de l’évêque de Bayonne, on dit que Monseigneur ne peut pas se passer de lui !"      
Toute la fierté d'une mère passe dans le regard de la vieille dame. Je me tais. C'est elle qui finit par briser le silence :
- "Et toi tu es qui ?
- Je suis une descendante de votre première fille, Anne, enfin Aimée. Elle a épousé Raymond Eppherre de Sunharette en 1841, vous vous souvenez ? Voilà, je suis une Eppherre". Une Eppherre née au 20e siècle mais ça, elle n'a pas besoin de le savoir... Il est temps de prendre congé d'autant que je me suis invitée et que le chanoine commence à lorgner de mon côté...

"Agur Amama ! J'ai été contente de faire ce brin de causette avec vous". Un peu triste aussi de vous quitter car je sais que vous ne survivrez pas longtemps à votre fête de centenaire. Le 29 mars 1889, Marie-Jeanne Duthurburu veuve Inchauspé s'éteint dans sa maison d'Abense de Haut, village souletin dont la devise est : "Atzotik biharrera"...     

Lexique
Urte buru on : Bon anniversaire
Etche ou etxe : maison
Gaichoua : Expression qui peut se traduire par "bon sang"
Agur Amama : Adieu Grand-mère (en souletin)
Atzotik biharrera : D'hier à demain

Sources
AD 64, Association Généalogie 64, Wikipedia (pour la biographie du Chanoine Inchauspé)
Illustration : Jean-Paul Tillac dit Pablo Tillac (1880-1969)