samedi 7 avril 2018

Douaniers de père en fils

La branche Dargain est l'une des premières que j'ai étudiées lorsque je me suis lancée sur les traces de mes ancêtres basques. Très tôt, j'ai su que mon arrière-arrière-grand-mère (sosa 19) Marie-Jeanne Dargain-Laxalt était fille et petite-fille de douaniers. En cherchant sur la toile où trouver les archives des Douanes françaises, j'ai remarqué que certaines avaient été versées au Musée national des Douanes qui se trouve ... à Bordeaux. Pour une fois, j'avais des sources à portée de main ! 

Pour ceux qui comme moi, auraient des douaniers parmi leurs ascendants, la demande se fait en ligne. La documentaliste effectue des recherches ponctuellement et envoie le document en question ... si elle le trouve ! En effet, si certains dossiers de personnel et sommiers de signalement ont été confiés au Musée des Douanes, celui-ci n'a pas vocation à conserver toutes les archives des douanes françaises.

Dans mon cas, j'ai eu de la chance car les sommiers de Bayonne ont été transférés récemment à Bordeaux. La quête a été concluante et par deux fois, j'ai eu le plaisir de me rendre au musée pour découvrir sur de magnifiques registres (photo) les états de service de mes ancêtres directs, Jean et Pierre D'Argain (sosas 76 et 38).
    
Collection personnelle ©Mdep
Collection personnelle ©Mdep
Et maintenant, un peu d'histoire...
Les Douanes "modernes" apparaissent sous la Constituante avec la loi du 1er mai 1791. En effet, avec la Révolution française disparaissent les frontières intérieures et leur corollaire le plus haï, la gabelle. Cette taxe était très inégalitaire selon les régions et sa suppression revenait souvent dans les doléances des fameux cahiers du même nom.

A partir de là, les douaniers vont s'occuper exclusivement de la surveillance des frontières nationales. On assiste à l'instauration d'un fort protectionnisme d'Etat, lequel sera encore renforcé sous Napoléon 1er avec le Blocus continental. A Bordeaux, par exemple, les exportations de vin vers l'Angleterre vont être interdites !

Sous le Premier Empire, la Douane est organisée militairement avec des brigades, groupes d'intervention sur le terrain, et des bureaux, composés d'agents administratifs. Il faudra attendre la Restauration pour que les douaniers affectés à la surveillance soient dotés d'uniformes. On reconnaît le douanier à sa veste gris-vert et à son pantalon bleu céleste bordé d'un galon rouge. 

Mais revenons à nos douaniers basques. Qui dit douanier dit contrebandier. Ceux qui ont lu Ramuntcho de Pierre Loti connaissent déjà l'antagonisme proverbial entre ces deux groupes bien connus du Pays Basque qui, comme chacun sait, est à cheval sur deux frontières. En basque, la contrebande est appelée "Gaueko lana" ce qui signifie "travail de nuit", c'est dire son importance !

Douaniers et contrebandiers, qui sont parfois de la même famille, jouent en permanence au "gendarme et au voleur" sur les sentiers de montagne entre la France et l'Espagne. L'essentiel du travail des brigades est de surveiller sa zone appelée aussi "penthiére". Les journées sont longues, dix heures en moyenne, et les douaniers partent souvent pendant plusieurs jours d'affilée.

Armés de fusils, ils sont parfois accompagnés de chiens dressés, appréciés pour leur flair et leur ouïe. Il leur arrive aussi d'emporter en plus de leur paquetage un "lit d'embuscade" pour se protéger du froid car ils peuvent rester des nuits entières au même endroit sans pouvoir bouger. 
Lit d'embuscade - Musée national des Douanes 
Quant au recrutement, à l'époque où mes deux aïeux ont exercé ils s'est fait d'abord parmi les anciens soldats de la Convention. C'est le cas de Jean D'Argain qui a été sergent au Premier bataillon de la Brigade basque avant s'être engagé comme douanier. Ensuite, la cooptation est un levier de recrutement important et il n'est pas rare aux 19e et 20e siècles d'être douanier de père en fils. 

En dehors des Dargain, j'ai retrouvé de véritables "dynasties" de douaniers dans mon arbre souletin. C'est le cas de Joseph Elichiribehety de Lanne marié à Marguerite Inchauspé de Sunharette (petite-fille de Jean-Baptiste Inchauspé dit Harismendy, mon sosa 34). Ensemble, ils ont eu un fils douanier, Jean-Pierre, et une fille, Marie-Jeanne, mariée à un douanier d'Alos ! 

Pour finir ce billet plus long que d'habitude, je ne résiste pas à partager ce charmant petit tableau que l'on peut voir au Musée des Douanes de Bordeaux, "La visite des pacotilleuses" qui montre que les femmes aussi s'adonnaient à la contrebande pour la plus grande distraction des douaniers...
Rémy Cogghe (1854-1935)
Première illustration : Préposés en petite tenue (gravure), Musée nationale des Douanes 

4 commentaires:

  1. Très intéressant et en écho avec mes recherches actuelles, une branche d'employés des domaines du roi de père en fils puis, de douaniers et de gendarmes pour les plus récents

    RépondreSupprimer
  2. Article passionnant même si l'on n'a pas d'ancêtres douaniers.

    RépondreSupprimer
  3. @Catherine, merci! J'ai vu passer récemment, mais je ne sais plus si c'est chez Archives & Culture ou la Revue française de Généalogie, un spécial "Ancêtres gens d'armes." Te l'es-tu procuré ?
    @Briqueloup, merci Marie. Dommage, j'aurais volontiers fait des recherches pour toi :)

    RépondreSupprimer
  4. Réviser son vocabulaire très bonne idée !
    Ceci étant j'ai des ancêtres brigadier ou employé des Fermes du Roy donc affectés aux frontières intérieures

    RépondreSupprimer